Vidéo de Morrnah Simeona et le Docteur Ihaleakala Hew Len

 

Une vidéo enregistrée en 1987 en Alaska de Morrnah Simeona et le Docteur Ihaleakala Hew Len.

Capture d’écran 2015-11-03 à 19.18.50

La vidéo

 

Le texte traduit en Français

Présentatrice
Tout d’abord, j’aimerais comprendre comment vous avez trouvé ou avez développé ce process.

Mornnah
Je connaissais une vieille pratique appelée «Ho’Oponopono » qui se pratique toujours d’ailleurs à Honolulu aujourd’hui, mais là c’est ma méthode et je l’ai mise à jour. J’avais cela dans une autre vie.

Présentatrice
D’après mon expérience personnelle, et en voyant les religions, j’ai appris des méthodes pour s’appuyer sur d’autres sources pour guérir mon être spirituel, et il semble que j’ai bataillé avec beaucoup de problèmes, en apprenant que personne d’autre que moi ne pouvait porter ce poids, ou me guérir, mais là c’est une méthode pour centraliser cela.

Mornnah
Je pense que ceci est unique car au lieu de demander à une autre personne de nous aider, nous demandons à la divinité qui nous a créés, car personne d’autre que la divinité ne nous a créés.

Présentatrice
Et avec ce process, vous vous liez à la divinité afin de comprendre ce qui doit être guéri ?

Mornnah
Je pense que lorsqu’une personne connaît la technique que nous enseignons, elle est capable de le faire elle-même, et l’écoute n’est pas à l’extérieur mais toujours à l’intérieur d’elle, et cela nettoie les situations extérieures en même temps qu’elle nettoie à l’intérieur d’elle.

Dr. Len
Vous savez, nous ne sommes pas réellement intéressés à changer les personnes qui ont des problèmes d’alcool, de drogue ou même les enfants comme ma fille, ce n’est pas mon travail ; mon travail c’est juste de travailler sur moi et c’est déjà bien assez de travail, sans avoir à regarder ce qu’il y a autour ou à m’occuper de quelqu’un d’autre. Mais ce qui est beau avec ce que nous faisons, par exemple avec un enfant comme ma fille, c’est que lorsque je travaille sur moi, sur mes jugements envers elle, alors elle est libre, elle peut s’en aller. Elle peut suivre le chemin qui est le sien, non celui que je pense. Je suis juste un homme et je ne l’ai pas créée. C’est la divinité qui l’a créée, et qui me dit à moi , «sors toi de là, libère la, laisse la partir »

 

9 commentaires

  1. Aubert Ble dit :

    C’est une methode qui m a permis de mieux comprendre un passage de la bible « cherchez premièrement le royaume des cieux… »et comme je suis 100% responsable je me vois comme un réalisateur qui choisi ses acteurs , sequences ect …et certaine situation me font rire, comme quant quelqu’un me tiens responsable de son échec dans une situation delicat .bien pratique on a la paix ,

    • Jean Graciet dit :

      Bonjour,
      Vous avez bien raison, dès que nous sommes dans cette conscience que nous sommes responsables à 100% nous voyons les choses du quotidien comme un théâtre et du coup la vie est bien plus agréable, amusante quelquefois comme vous dites, en tous cas bien différente. C’est ça le chemin du pardon et de la paix.

  2. Luiza dit :

    Ia ora na Rester observateur pour mieux se sentir dans la conscience d’être 100/° responsable faciite le travail de nettoyer en soi les mémoires, mieux les libérer et se sentir en paix.

  3. Lynn Vigneault dit :

    Merci merci merci je t’aime je mexcuse svp pardonne moi.

    J’aimerais faire un séminaire a hawai pour l’enseignement de Ho’oponnopono, pouvez vous me référer la bonne personne pour moi.

    • Jean Graciet dit :

      Bonjour,
      Je ne connais personne à Hawaii susceptible d’animer un séminaire sur Ho’oponopono, donc, je suis désolé mais je ne peux pas vous conseiller. Nous animons nous-mêmes, mon épouse et moi-même, des stages sur Ho’oponopono, depuis de nombreuses années en France, en Suisse et en Espagne. je ne peux rien vous dire d’autre.
      Bien cordialement,
      Jean Graciet

  4. subirana dit :

    J’aurais aimé savoir comment le Dr Len s’y prenait lorsqu’il avait le dossier d’un detenu en mains pour s’approprier la responsabilité à 100/100 de ses actes!!!merci pour votre réponse.

    • Jean Graciet dit :

      Bonjour,

      Prendre la responsabilité de ce qui nous arrive est le premier principe dans la pratique de Ho’oponopono. C’est une notion bien éloignée de chacun d’entre nous qui vivons dans une société où la « séparation » est la règle et donc qui nous apprend à toujours chercher un coupable à l’extérieur. je comprends que ce ne soit pas si facile à intégrer.
      Dès que le Docteur Len examinait un dossier de patient, il disait : »je ne sais pas ce qu’il y a en moi qui a créé cela (une mémoire en lui qui, en s’exprimant, l’a mis face à cette maladie, et donc ce dossier), je te demande pardon (à ses mémoires, à son enfant intérieur…), je te remercie ( mon enfant intérieur, mon âme…)de cette opportunité qui m’est donnée de nettoyer maintenant cette mémoire, je t’aime (son enfant intérieur, son âme, à lui-même). En disant, il était sans jugement, juste tourné vers lui-même. Il avait d’ailleurs accepté ce poste, non pas pour guérir des malades, mais dans le seul but de se guérir lui-même de mémoires de bandits, de truands, d’assassins. C’est cela prendre la responsabilité pour le Dr Len, rien de plus simple.
      Merci de votre question.
      Jean Graciet

  5. Cottalorda dit :

    Merci pour vos explications et merci 1000fois au Dr L’en.
    Pensez vous possible de voir la vidéo au dessus qui ne s affiché pas ?
    Bien à vous
    Bénédicte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *