« Rencontres lumineuses » avec la PNL

 

 

Ce mois-ci, les « Rencontres lumineuses » sont consacrées à la programmation neuro-linguistique appelée PNL. Jean Graciet, que je connais depuis quelques années, est mon invité. Je le remercie de sa disponibilité et de cet échange bienveillant. Chaque lundi, vous découvrirez une partie de son interview.

Tu as cette valeur ajoutée parce qu’il y a Ho’oponopono, il y a l’hypnose derrière. C’est aussi ton cheminement, ton expérience de vie qui font que tu peux la modéliser à ta manière et toucher des personnes qui sont dans cette demande de changement et qui souhaitent être plus proches de qui elles sont profondément.

J’aurais du mal à faire autrement. Je me sers de beaucoup de ce que j’ai appris de la PNL mais pas tout. D’avoir tellement pratiqué Ho’oponopono, je dirai même de vivre pleinement le pardon de Ho’oponopono a changé mon point de vue. C’est toujours un plaisir que de recevoir une personne en consultation. Elle arrive avec ses symptômes, ses colères, ses peurs, ses manques… et au bout d’un moment elle est tellement apaisée qu’elle ne réalise pas vraiment ce qui s’est passé. Elle repart plus libérée. Elle ne sait pas si elle est guérie mais elle se sent beaucoup mieux. Je me sers de ce qui est le plus utile pour la personne sans réfléchir véritablement. Je me fie à mon inspiration et c’est ce qui fait la différence.

Les techniques de changements de croyances sont celles qui reviennent très souvent. La plus pratiquée est le recadrage. Je l’utilise tout le temps.

 

Peux-tu développer ?

Une croyance est une généralisation d’un événement ou d’un fait que nous croyons vrai. C’est une affirmation personnelle de quelque chose dont nous avons la certitude que c’est vrai. Si nous observons bien nous nous apercevons que dans tout ce qui constitue notre savoir en toutes choses, notre culture, nous ne cessons d’énoncer des affirmations qu’en réalité nous n’avons jamais vérifiées. Il fut une époque où les élèves apprenaient en classe que la terre était plate, qu’elle était le centre de l’univers et que le soleil tournait autour. Il ne venait à personne de mettre cette « vérité » en doute, et pourtant.

Nous affirmons chaque jour un nombre incalculable de croyances plus ou moins vraies, je dirais même plutôt fausses que vraies.

Il y a plusieurs sortes de croyances. Quand elles sont en rapport avec ce qu’on croit de soi-même c’est plus problématique. Si nous croyons que notre maladie est incurable, à plus forte raison si le médecin l’a dit, alors ce sera vrai et nous aurons toute notre vie cette maladie. Le médecin est un référent et sa parole est forte. Dans ce cas il ne nous donne aucune chance de nous en sortir. Si, en revanche et pour la même maladie il nous dit : « Votre maladie est grave mais il est tout à fait possible d’en guérir, j’ai confiance en vous ». Dans ce deuxième cas la croyance est bien différente et, sans le savoir, le médecin nous ouvre tout un champ de possibilités et la guérison est possible véritablement.

Une croyance peut tuer, une autre peut guérir.

Qu’est-ce que l’effet placebo sinon la croyance que cette injection qu’on me fait est un médicament très puissant qui va me guérir parce que le médecin l’a dit alors que ce n’est que de l’eau ? On dit que l’effet placebo peut augmenter de 30% la possibilité de guérison. Je ne sais pas comment ces chiffres peuvent être obtenus. Je suis persuadé que dans certains cas le pourcentage peut être bien supérieur.

En thérapie, on voit combien la PNL peut se montrer efficace grâce à ses techniques de changement de croyances et le recadrage en particulier. Changer la croyance de la personne c’est casser les barreaux de sa propre prison dans laquelle ses croyances limitantes la retenaient, c’est la libérer, lui donner une autre perception d’elle même, des autres, du monde.

 

Pourrais-tu nous donner des titres d’ouvrages que tu trouves intéressants pour celles et ceux qui souhaiteraient aller plus loin en PNL ?

 

« Les secrets de la communication » de John Grinder et Richard Bandler

« Pouvoir illimité, changez de vie avec la PNL » de Anthony Robbins

« Être l’auteur de sa vie » de Michelle Jeanne Noël

 

Que représente pour toi la communication ?

Il est un autre présupposé de la PNL qui s’énonce ainsi :

« On ne peut pas ne pas communiquer »

La communication fait partie de la base même de notre intégration au sein dans le  monde. C’est le moyen par lequel une personne fait passer des informations à une autre mais c’est pour moi surtout un échange entre deux êtres leur permettant d’établir une relation.

La communication se fait d’abord par la parole, par les mots, par le langage. Un bon communiquant doit être chaleureux, ouvert, bienveillant et doit être très attentif à ce que l’information soit reçue par l’autre sans être déformée par ses propres filtres  que sont ses croyances, ses valeurs. Pour cela les techniques que j’ai indiquées précédemment sont essentielles, l’écoute, la reformulation, la synchronisation, le calibrage.

Maintenant, il faut d’abord savoir que dans les messages qui s’échangent dans une communication, les mots ne représentent que 8% de ce message, la manière de dire, qu’on nomme aussi le para verbal et le non verbal, représente les 92% restants.

Quand nous sommes en présence d’une personne, même si nous n’avons pas l’intention de communiquer, nous communiquons quand même, par l’attitude, le regard, les mimiques du visage, les gestes des mains, des bras, du corps. Ne jamais oublier qu’une bonne communication ne peut s’atteindre que si le résultat de la relation est gagnant gagnant entre les deux interlocuteurs.

Une bonne communication n’est-ce pas déjà un acte de bienveillance, voire même un acte d’amour entre les uns et les autres ? Un bon communiquant doit prendre conscience que son propre modèle du monde est unique et que celui de son interlocuteur est aussi unique et que, ni l’un ni l’autre est meilleur que l’autre. Il n’y a pas des gens qui ont tort et d’autres qui ont raison, il n’y a que des gens qui croient à leur propre vérité. C’est pourquoi il faut au bon communiquant, beaucoup d’écoute, d’empathie, de compréhension et d’amour pour que l’autre soit en totale confiance afin qu’une belle relation s’établisse entre les deux.

 

Pour toi, que représente la vie terrestre ?

La Vie, en général, c’est quelque chose qui n’a pas de début ni de fin. Elle est une. C’est quelque chose qui court. La vie terrestre c’est une fraction de cette vie. On va vivre une succession d’expériences, en tirer le meilleur pour progresser et pour que cette Vie soit accomplie et nous amène un jour vers la source. La Vie c’est comme une boucle. On part de la source pour y revenir. Pour y revenir, on a besoin d’aller se confronter et aller connaître toutes les expériences possibles au fil de ces fractions de vie qu’on aura connues. Une fois qu’on aura tout expérimenté, tout compris, tout vécu, on pourra revenir, chez soi, vers la source et, enfin, devenir Dieu.

 

Pour conclure, je voulais savoir si le vœu que tu avais prononcé lors de notre précédente interview était toujours d’actualité. Si tu avais une baguette magique, à quoi te servirait-elle ?

Oui ce serait le même.

Qu’est-ce qu’on pourrait faire avec une baguette magique ? Qu’elle nous guide à aider les autres à s’aimer, à aimer, à se débarrasser des croyances, des filtres limitants, des mémoires. Une baguette magique pour faire tomber toutes ces lunettes et permettre à l’humanité de voir clair en elle-même. C’est un peu ce à quoi on s’attache chaque jour : apporter de la lumière à ceux et celles qui nous demandent conseil, en consultation ou dans nos stages,  les aider à faire tomber ces barrières, ces filtres qui les empêchent de voir cette lumière qui est en eux.

J’ajouterai aujourd’hui que quand on a atteint un certain niveau de conscience, toi comme nous et beaucoup d’autres, on est là pour aider les autres à gravir ces échelons. On est là pour les hisser à notre niveau comme une cordée en montagne et avec beaucoup d’humilité. On n’est rien de plus. Agir avec toujours beaucoup d’humilité.

Pour résumer, je crois que le but de la Vie est de ressentir l’amour qui est en nous, présent dans notre cœur,  et d’aider les autres à le ressentir aussi.

 

 

Retrouvez les articles précédents :

http://valeriemotte.com/jean-graciet-pnl-1-4/

http://valeriemotte.com/jean-graciet-2-4/

http://valeriemotte.com/jean-graciet-pnl-3-4/

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *