Passer de la dualité à l’unité de Emilio Carillo

 

Dans son livre, « Sin mente, sin lenguaje, sin tiempo »,  Emilio Carillo raconte:

Le mystique George Gurdjieff, un des plus grands maitres spirituels du début du siècle dernier né en Georgie, vécut quelques années dans un monastère en Bokhara. De cette expérience il rapporte que, quand quelqu’un y entrait pour devenir disciple, on lui donnait une pancarte qu’il accrochait à son cou et qu’il devait porter devant la poitrine. Sur un des côtés de la pancarte il y avait écrit quelque chose semblable à ceci :

« Je suis négatif. S’il te plait, ne me prend pas au sérieux. Je suis rempli de pessimisme, de tristesse, de colère, de haine et de dépression. Si je te dis quelque chose d’offensant ou d’agressif, en réalité ce n’est pas à toi que je le dis : c’est seulement parce que je suis négatif. Ce que je fais ou ce que je dis n’a rien à voir avec toi mais seulement contre moi et ma négativité. S’il te plait n’en fais aucun cas. »

Et sur l’autre côté de la pancarte on pouvait lire : « Je suis positif. S’il te plait, ne me prend pas au sérieux. Je suis rempli d’optimisme, de joie, de paix, d’amour et d’euphorie. Si je te dis quelque chose d’affectueux ou d’élogieux, en réalité je ne m’adresse pas à toi : C’est que je suis positif. Ce que je fais ou ce que je dis n’a rien à voir avec toi, mais avec mon état positif. S’il te plait n’en fais aucun cas. »

Unknown

George Gurdjieff

C’est ainsi que chacun portait la pancarte du côté qui décrivait son état intérieur. Et chaque fois qu’il sentait que son état changeait, il tournait la pancarte en fonction de ce qu’il sentait en lui, mais continuait à porter cette pancarte accrochée à son cou. Mais jusqu’à quand ? Jusqu’à ce qu’il ne ressente plus la division en lui et alors le disciple allait voir le maitre et lui disait : « Je ne suis ni l’un ni l’autre ; Je ne suis plus ni positif ni négatif. Tout s’est calmé et mes deux côtés se sont réunis en un ; Maintenant je suis un. »

A partir de ce moment seulement il enlevait la pancarte. Ce moment représentait une expérience d’illumination : La personne était complète, sans division, pas deux mais une.

J’ai dit « pas deux » qui veut dire ne change pas en fonction de choix et de décisions issues du mental, sinon vers où la vie te porte ; J’ai dit « pas deux » et flotte dans le courant de la vie ; j’ai dit « pas deux » et fais confiance en la vie…La confiance n’est pas quelque chose de mental, intellectuel ou spéculatif. C’est le résultat sublime du discernement profond qui te fait ressentir l’Unité en toi, le « un », « pas deux ». Il n’y a plus d’indivi-dualité, il n’y a plus de choc ni de confrontation, il n’y a plus d’ennemi possible…La vie est TOI et tu es la VIE ; L’existence est toi et tu es l’existence…L’Uni-cité s’est dévoilée à ton cœur.

 

images

 

En conclusion, tu peux changer tes habitudes qui étaient de vivre dans la dualité, choisissant et hésitant continuellement entre les opposés créés pas ton mental et qui n’a rien à voir avec la réalité. Mais tu peux maintenant accepter la vie dans sa totalité et, à chaque fois que le mental tente de projeter une quelconque idée de dualité, reprend toi en conscience en te disant à toi-même avec discernement : « Pas deux » (La joie et la tristesse sont un, le bien et le mal sont un, l’amour et la haine sont un, la lumière et l’obscurité sont un, la vie et la mort sont un, le féminin et le masculin sont un…)Et à comprendre l’unité de la vie, le choix disparait et le mental se retire pour développer seulement les fonctions pour lesquelles il est fait réellement.

Traduit par Jean Graciet

4 commentaires

  1. sommereux dit :

    c est puissant et déroutant …
    car très exigeant

    • Jean Graciet dit :

      Ou,i sans doute mon cher Nicolas, puissant, déroutant et…exigeant, mais…tellement fondamental. Notre voie dans cette incarnation est de faire l’unité en tout, pour enfin…VIvre.

  2. Anne M dit :

    je suis touchée au larmes surtout de voir combien la séparation fait mal. Ce soir alors que je songeais tristement à l’impossibilité de vivre une relation comme je la voudrais, une petite voix m’à soufflé que de toute façon je ne suis pas séparée! il me tarde de le réaliser vraiment. Merci Jean pour cette traduction éclairée.

  3. Jennifer dit :

    Merci pour cette Perle de Sagesse traduite ici…

    à relire matin et soir sans modération…

    ça déroute, mais ça simplifie beaucoup..

    Je me sens allégée face à cette possibilité ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *