La maladie est-elle un choix…inconscient?

 

Si une peur ou des peurs nous empêchent d’aller plus avant dans la vie, peut-être serons-nous amenés à avoir recours à la maladie ou un accident comme une défense par rapport à ce qui se passe vraiment. C’est comme si une peur venait nous empêcher d’affronter la vérité et d’accéder au pardon.

Dans un couple, un des partenaires devine que la relation arrive à sa fin et cette idée le met en panique. Il peut alors faire le choix (inconscient ou pas) de la maladie dans l’espoir (inconscient ou pas) que l’autre restera pour s’occuper de lui ou d’elle.
Tout changement peut paraitre plus ou moins difficile à vivre et un changement de cette sorte, vécu comme une séparation, peut faire peur. C’est alors que la maladie apparait comme un moyen de protection, une défense qui nous détourne de la souffrance morale en nous concentrant sur le corps physique. C’est le corps qui devient le centre d’intérêt et on oublie la véritable cause devenue trop lourde à gérer.

Et pourtant, la véritable guérison passe par un changement, de quelque chose qui vient du plus profond de soi. Ce changement c’est en quelque sorte une transformation qu’on peut comparer à un phénomène alchimique. C’est  faire de nos peurs, un atout, une force et les transformer en amour. ce processus ne peut se faire, vous l’avez compris, qu’à travers le pardon.

Jean Graciet

« La maladie est une décision. Ce n’est pas une chose qui t’arrive, sans l’avoir cherchée, qui te rend faible et t’apporte la souffrance. C’est un choix que tu fais, un plan que tu formes, quand pour un instant la vérité surgit dans ton propre esprit illusionné et que tout ton monde paraît tituber et s’apprêter à s’effondrer. maintenant tu es malade, pour que la vérité s’en aille et ne menace plus tes établissements. »

« Un Cours en miracles » leçon 136-7

2 commentaires

  1. Desprez annie dit :

    Trop d’accord avec vous , je l’ai vécu encore dernièrement avec mon conjoint décédé de trois cancers( colon, foie , poumons) je pouvais identifier le départ de tout. Les »mots engendrent des maux »,je le retrouve tous les joursavec ma patientele , le dr Jacque Martel en parle très bien , un livre que j’ai depuis plus de 20 ans ( le dictionnaire de malaise et des maladies), à nous d’aider et faire comprendre que « nous sommes le capitaine de notre navire. Edward Bach »

  2. Une philosophie à discuter, merci pour le partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *