Les sept attitudes vers une nouvelle conscience et la construction de la nouvelle humanité.

 

 

 

Le monde dans lequel nous vivons encore est miné par la corruption, des dérives de tourtes sortes, dominé par un matérialisme forcené et l’argent pour toujours plus de pouvoir. Force est de constater qu’il se lézarde de partout et qu’il arrive à sa fin. Le climat de panique qui nous est imposé depuis quelques mois créé par les énormes mensonges de nos dirigeants et des médias montre bien que les valeurs qui sont le socle de nos sociétés sont piétinées et sont vouées à disparaitre.

Faudra-t-il changer les règles, revoir complètement un nouveau système ou reconstruire complètement un nouveau monde, une nouvelle humanité sur des bases neuves et originales ?

 

Emilio Carrillo compare l’humanité à une maison. Cette maison est en train de s’effondrer car elle se lézarde complètement jusqu’aux fondations.

La question essentielle à se poser est de savoir si la rénovation est encore possible ou bien s’il faut construire une toute nouvelle maison sur des bases différentes et plus solides.

Emilio Carrillo a observé les différentes attitudes face à cette situation que nous vivons actuellement, et il en a trouvé sept différentes :

Effectivement, face à cette situation exceptionnelle que nous sommes en train de vivre depuis des mois et qui se continue, on peut observer plusieurs types de réactions. On doit les observer sans jugement mais avec respect et amour.

 

– Il y a tout d’abord ceux qui ne voient rien, ne savent rien de ce qui nous est caché. Ils sont rivés devant le petit écran et suivent docilement les consignes, ignorant qu’il existe autre chose. Ils sont aveugles et ils ont peur de ce qu’ils voient.

 

– Ensuite, il y a ceux qui entrevoient ce qui se passe réellement, devinent qu’il y a autre chose que les infos des médias mais ne préfèrent pas s’ouvrir à autre chose car cela leur fait trop peur. Ils préfèrent garder la tête dans le sable pour ne pas en savoir davantage. Ils ont peur d’en savoir plus.

 

Ces deux cas n’imaginent pas un seul instant que ce monde est en train de se terminer. Ils espèrent que tout ceci se termine rapidement pour retrouver leur vie d’avant.

 

– Le troisième type concerne ceux qui voient que la maison est en train de s’effondrer mais imaginent qu’on peut encore la rénover. Ils cherchent des solutions et envisagent des travaux de rénovation. Ils ne réalisent pas que cette rénovation n’est plus possible parce que tout serait à refaire et surtout que les fondations sont pourries. Ceux là manifestent, demande des réformes, espérant faire reculer les dirigeants

 

– Le quatrième de type est de ceux qui se rendent parfaitement compte de tout ce qui nous arrive mais sont focalisés essentiellement sur les faits nouveaux  qui font l’actualité quotidienne, c’est à dire la domination des élites mondiales qui ne cachent plus leur intention, leur contrôle sur les états, sur les médias, sur la population mondiale, la menace sanitaire, la pseudo épidémie, les vaccins, et les réseaux sataniques et pédophiles de ces mêmes élites, etc. etc. Et curieusement, l’attention de ces personnes est portée totalement sur l’actualité en oubliant de se pencher sur la situation de la maison qui est en train de s’effondrer. Ils continuent d’habiter cette maison en ruine dont l’état n’est pas vraiment leur priorité, tout en se focalisant sur la manipulation, le contrôle, les stratégies des élites mondiales, etc. On peut les appeler : les accrocs du complotisme.

 

Maintenant il reste trois types de personnes qui sont arrivées à la conclusion qu’il faut changer cette maison, avec beaucoup de respect, de gratitude et d’amour envers cette maison parce qu’elle a permit notre propre évolution, chacun à son propre niveau de conscience. Il faut donc construire une maison, un nouveau monde, une nouvelle humanité.

 

– Le premier ou le cinquième type va concerner ceux qui, continuons la métaphore, vont opter pour le choix d’un promoteur immobilier, c’est à dire qu’ils comptent sur une aide extérieure, disons un sauveur qui prendra tout en main afin qu’il nous construise la nouvelle maison. Et là, on pense aux  gentils extraterrestres, Trump,  Kennedy, les courageux lanceurs d’alerte, ou d’autres encore.

Mais c’est quelque chose qui ne peut pas fonctionner ainsi, personne ne viendra de l’extérieur pour construire notre nouvelle maison, notre nouveau monde. Cela est impossible, nous devons bien nous en convaincre.

Construire notre nouvelle maison est de notre responsabilité et fait partie des actions que nous devons mener pour notre propre évolution spirituelle. Il est impossible de laisser à autrui le soin de nous transformer. Quelle grave illusion d’y croire ! Comment même cela serait-il possible ?

 

– Le sixième type est de ceux qui sont d’accord pour construire la nouvelle maison car ils savent qui leur incombe de la construire, c’est à eux seuls de le faire. Ils vont le faire, mais, on va dire, à temps perdu, peu à peu, quand ils auront un peu de temps. C’est comme si ce n’était pas une priorité, une priorité absolue.

 

– Le septième type est de ceux qui comprennent l’urgence, qui disent non, c’est le moment, c’est l’heure de passer à l’action, le moment de changer, on ne peux plus attendre, c’est maintenant. C’est leur priorité absolue et ceux là ont conscience qu’ils sont la semence de la nouvelle humanité.

C’est pour eux, un engagement total car ils savent que pour construire cette nouvelle humanité ils vont devoir changer complètement leur manière de vivre, de se débarrasser de tout ce était leur manière de vie. Changer, signifie vivre une vie dépouillée des anciens schémas, croyances et peurs, pour une vie simple, en accord avec qui nous sommes réellement. Ce sera une vie distincte, complètement différente, loin de tout stress, en respect avec l’humain et la nature, éloignée de toute compétition, de tout contrôle, de domination sur les autres mais avec un esprit de confiance, d’acceptation, de responsabilité, de tolérance, de fraternité, d’altruisme, d’amour et de paix.

Ceux là ont compris que la création de cette nouvelle humanité ne peux passer que par un changement total de nos modes de fonctionnement habituels. C’est un engagement personnel.

Gandhi le disait déjà,

« Sois le changement que tu veux voir dans le monde ».

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La lettre d'information de Éveil et Santé