L’amour est une sacrée aventure…

 

 

« L’amour est une sacrée aventure! J’ai découvert aussi qu’il ne peut pas fonctionner s’il marche à sens unique. C’est à dire que si vous ne nourrissez pas l’amour il finit par s’épuiser. C’est comme une voiture dans laquelle vous avez mis dix litres de carburant; vous allez roulez pendant un certain temps, mais à un moment donné la voiture va s’arrêter. ce n’est pas la faute du moteur, c’est simplement parce qu’il n’y a plus d’essence.

On alors se demander: quel carburant dois-je donner à l’amour? Comment je peux le nourrir? C’est en donnant. Plus je donne de l’amour, plus j’en reçois. Mais en donnant de l’amour à qui? Il faut faire attention avec les mots. Si je donne quelque chose qui est à l’intérieur de moi-même; je vais recevoir; mais si je donne à l’extérieur, au monde, je vais être à côté de la plaque parce que j’aurai confondu contenant et contenu. Le monde ne retourne rien, il ne renvoie jamais l’ascenseur, il ne fait que prendre. Pour que l’amour fonctionne, il faut qu’il faut qu’il soit aimé. Tout simplement.

Alors posez-vous cette question: Est-ce que j’aime l’amour qui opère en moi? Est-ce que j’aime ce corps qui veille sur ma vie, seconde après seconde? Et si l’amour était un orphelin qui cherche une demeure en moi? Est-ce que je pense à lui? Je l’utilise, oui, pour aimer mon mari ou ma femme, mais est-ce que je pense à aimer l’amour?

L’amour, c’est la première saveur de ce que l’on appelle le mystère de Dieu. Et vous ne pouvez pas résoudre ce mystère parce que c’est un mystère. Si vous cherchez quand même à le résoudre, vous serez confronté à cet aphorisme du bouddhisme qui dit : « Si tu rencontres Bouddha, tue le. » Parce que si tu as trouvé Bouddha, ce ne pas être lui. Bouddha est cet au delà qui nous appelle, qui nous attire, on ne peut pas le trouver.

C’est l’amour qui vous amène au delà de vous-même. Alors devenez un foyer d’amour. Soyez un foyer d’amour. Et pour cela devenez un lieu sacré de vous-même. Non pas un lieu de prostitution ou de spéculation, non pas un lieu de copie, de souffrance, de punition ou d’interdits, un lieu libre. Libre de quoi? Un lieu libre de moi-même, non parce que je suis mauvais mais parce que la version de moi-même que l’on m’a donnée, et que j’ai acceptée, est fausse.

« Soyez heureux d’aimer et soyez également heureux d’accéder à ce point d’amour qui est au delà de vous-même. Faites exister l’amour qui aime et qui provoque en soi le sentiment de gratitude. Faites exister ce lieu sacré qui unit le ciel et la terre. »

 

Extrait de « La voie du sentir » de Luis Ansa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Abonnez-vous à notre newsletter

  • Prochains événements

  • Un stage en ligne de Jean Graciet : « Guérir grâce au pardon »

    28 mai à 17 h 00 - 12 juin à 19 h 30
  • 4 jours à AVILA à la rencontre de Thérèse

    4 juin à 19 h 00 - 9 juin à 11 h 00
  • Nouveautés

  • Nuages de mot-clés