La voiture et le chauffeur, ou l’ego et l’âme

 

Une nouvelle fois j’aimerais emprunter à Emilio Carillo une autre de ses superbes analogies quand il parle de l’âme et de l’ego. L’âme c’est celui qui conduit, c’est le chauffeur et l’ego, produit du mental, c’est la voiture, le corps, la matière.
Le chauffeur n’a ni début ni fin, il est éternel et ne connaît pas la peur.

La voiture c’est le « moi » physique, mental et émotionnel que le chauffeur utilise pour vivre l’expérience humaine, c’est à dire expérimenter la dualité dans la matière, le temps et l’espace.
La voiture, dès sa conception, connaît sa date de péremption, sa vie est limitée.

photo_20754201_boy-dessin-anim-dans-la-voiture-rouge

C’est ce qui distingue donc fondamentalement la voiture du chauffeur: Le premier a une date de fin, l’autre non. Ce que nous appelons la mort est tout simplement la fin d’utilisation de la voiture qui est notre corps.

La voiture possède un système d’opération qu’on peut comparer à un ordinateur et qui est le mental, le « moi » physique, mental et émotionnel.

Le mental est prodigieux. Il peut aborder une multitude de fonctions, et sert pour un nombre infini de choses. Il nous est  indispensable pour nous permettre de vivre nos expériences dans la matière. Il sert à planifier, à organiser, à programmer, à communiquer, à parler, à écouter, à réfléchir, à transmettre et partager des savoirs, à construire, à créer intellectuellement des routes, des ponts, des maisons mais aussi des chansons, des films, des livres. Le mental est nécessaire et doit être à notre service. Mais il ne faut jamais oublier que, malgré son utilisation pour une infinité de choses, le mental ne sert pas pour tout. Et en particulier le mental ne peut rien pour nous quand il s’agit de comprendre la vie, c’est à dire ces choses essentielles comme exemple le pardon, l’amour ou le sens de notre vie.

Le problème est que nous  avons oublié trop souvent que nous sommes le chauffeur et nous passons l’essentiel de notre vie en nous identifiant à notre voiture. C’est pour cela que nous en arrivons à penser que le mental sert pour tout et c’est une grande erreur qui nous entraîne constamment dans un monde d’illusion d’où nous avons un mal fou à sortir.

photo_8123271_pilote-dans-la-voiture-de-tenir-le-volant-trouble-de-la-route-et-le-ciel

Nous sommes en réalité le chauffeur mais nous ne sommes pas la voiture. Que penseriez-vous si, au moment de partir pour un week end alors que vous avez décidé d’aller à la mer, votre voiture vous dise: « Non, on ne va pas à la mer, on va à la campagne ». Que faites-vous? Suivrez-vous son conseil ou bien irez-vous à la mer suivant votre première idée? Vous irez à la mer bien sûr.
Voilà une bien étrange suggestion n’est-ce pas? Et pourtant c’est bien ainsi que les choses se passent dans notre vie où nous avons donné le commandement inconsciemment à notre mental qui en fait bien plus que ce pour quoi il est fait en se mêlant d’une foule de choses qui ne sont pas de sa compétence.

L’ego est une création du mental, il en est en quelque sorte le pilote automatique. C’est lui qui passe son temps à critiquer, à juger, nous-mêmes en particulier, à travers le miroir que sont les autres et l’environnement.
C’est lui qui nous persuade continuellement de ce qui est bien ou mal, bon ou mauvais, beau ou moche, gentil ou méchant, positif ou négatif, talentueux ou médiocre etc. Qu’en sait-il? Rien assurément.
C’est l’ego qui nous pousse à toujours vouloir plus, à accumuler, garder, à posséder, à s’enrichir, à entrer en compétition, à programmer, à rechercher l’abondance, le bonheur, la sécurité ou encore à partir à la recherche de ses rêves.

Mais pouvez-vous vous rendre compte que si l’ego fonctionne ainsi c’est pour s’assurer la survie, par manque de conscience.
Pourquoi? Parce que le véhicule ( le « moi » physique, mental, émotionnel, le mental ou l’ego) a une date de péremption et n’est guidé que par un seul sentiment : la peur.
Dans son fonctionnement, l’ego ne fait, en réalité, que lancer des messages qui ont à voir avec la peur.

Faut-il tuer l’ego pour autant? Non, car il permet d’assurer la survie du véhicule au jour le jour jusqu’au moment où le chauffeur, c’est à dire nous, prenne les commandes de sa vie dès que nous nous serons élevés en conscience.

Le mental, à travers l’ego, n’agit que pour survivre.
Posséder, dominer, entrer en compétition, garder, accumuler, s’enrichir, programmer, vouloir, sont des programmes ou des messages de peur. Peur de la mort bien sûr. Le véhicule passe sa vie avec la peur de la mort et ce qui implique qu’il a aussi peur de la vie car il ne sait pas sa date de péremption qui peut arriver à tout moment.

url

Le chauffeur, en revanche, vit très éloigné de ces peurs et vit en totale liberté, dans une confiance absolue ce qui est l’absence totale de peurs. Il est la Conscience, la paix, la liberté, l’amour.

Non, on ne va tuer l’ego, c’est lui qui va lâcher peu à peu dès que, en conscience, nous aurons confié les rênes de notre vie à notre âme (au chauffeur).
En confiant notre vie à notre âme nous allons cesser de survivre pour prendre la responsabilité de notre vie et nous allons accepter et expérimenter en conscience tout de ce que la vie nous donne, à chaque instant, santé ou maladie, joie ou tristesse, abondance ou pauvreté, mais nous allons vivre, vivre en confiance, en totale liberté, dans la paix, dans l’amour, tout simplement VIVRE.

Jean Graciet

2 commentaires

  1. pré eliane dit :

    merci Mr Jean Graciet votre réflexion est claire .
    J’écoute régulièrement le C.D du livre , je le trouve bien adapté à mon développement en devenir . J’apprécie beaucoup Maria-Elisa ,son petit accent ajoute au charme .

    Le monde est loin d’être en paix, mais c’est évident de cultiver la conscience pour que la VIE de chacun s’harmonise .

    Bien affectueusement à tous deux .

    Eliane Pré

  2. Grouhel Edith dit :

    quelle vie plus heureuse depuis que j’ai pris conscience de qui je suis! je suis maintenant plus dans l’être que dans l’avoir. Je vis simplement en appréciant les petites attentions au quotidien.
    L’ego a lâcher prise;c’est une retraitée qui parle; ceci explique cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *