Guérir grâce au pardon

 

 

Article paru dans le Néosanté N° 101

Ma formation au cours du séminaire de Claude Sabbah, « La biologie totale des êtres vivantes » date maintenant de près de vingt ans.

Cet enseignement d’une nouvelle vision de la médecine a bouleversé complètement la perception que j’avais des maladies et de ses causes. Il m’a même passionné au point que j’ai suivi ce séminaire trois années de suite.

Cette formation fut une révélation pour moi tant elle mit en pièces une foule d’anciennes croyances bien ancrées jusque-là. Ce fut une immense découverte d’apprendre que la cause de nos symptômes et de nos maladies n’est pas à chercher dans notre corps mais à partir d’un « choc émotionnel » selon la découverte du Docteur Hamer, de ce qui s’est passé antérieurement. La maladie devient l’expression d’un programme construit par nos émotions. Le corps devient un écran sur lequel se projette de façon concrète une maladie qui serait alors la réponse exacte à une très forte émotion. C’est donc sur un autre plan et à un autre niveau qu’il faudra chercher la cause réelle qui a créé ce choc émotionnel, déclencheur de la maladie. J’appris que le corps est seulement l’effet et non la cause parce que la cause véritable est à chercher dans nos croyances, nos mémoires ou nos pensées erronées.

L’être humain est un tout car il n’y a pas de séparation entre le corps et l’âme.

Dans cette formation, j’appris qu’en définitive, la maladie est une réponse parfaite à nos traumatismes émotionnels, en d’autres termes, elle apparaît comme un langage de l’âme. Elle a un sens, elle a quelque chose à nous dire, à nous apprendre sur nous-même.

Mais ce que j’ai compris surtout au terme de cette formation et que j’approfondirai un peu plus tard est que, pour passer de la maladie à la guérison, pour atteindre définitivement cette guérison tant espérée et quelle que soit la maladie, il y a obligation de pardonner, c’est-à-dire de vivre le pardon véritable, profondément et totalement.

 « On ne peut guérir la partie sans soigner le tout. On ne doit pas soigner le corps séparé de l’âme, et pour que l’esprit et le corps retrouvent la santé, il faut commencer par soigner l’âme. Car, c’est une erreur fondamentale des médecins d’aujourd’hui : séparer dès l’abord l’âme et le corps. »

Charmide, Platon

 

Si je devais retenir un seul apprentissage de mes années d’étude, ce serait que la cause de tout symptôme ou maladie n’est jamais à chercher dans le corps mais dans cette partie invisible qui est notre véritable être, c’est-à-dire l’âme…

 La cause de nos maladies vient de nos pensées, nos sentiments, nos ressentis de non amour que nous portons envers les autres et envers nous-mêmes qui sont la culpabilité, les ressentiments, la colère, la frustration, la dévalorisation, la haine, les jugements, le désir de vengeance, tous ces sentiments sont l’expression d’un manque d’amour et de pardon. Et tous ces sentiments tiennent leur origine du désir de séparation envers nous-mêmes et envers l’univers.

La guérison arrive dès que nous nous libérons de cette culpabilité grâce au pardon. Nous avons projeté sur les autres ce sentiment de culpabilité renforçant ainsi le sentiment de séparation. C’est le pardon véritable qui pourra nous en libérer ouvrant la porte vers l’amour total, l’unité et la guérison.

La culpabilité et la séparation sont deux sentiments qui se nourrissent d’eux-mêmes, l’un créant l’autre en le renforçant. La culpabilité crée la peur et la peur conduit à l’attaque que sont la colère, les jugements, l’envie de se venger, la haine ou même l’attaque physique. Ces sentiments créent inévitablement la séparation en l’amplifiant et la séparation crée la culpabilité. Tant que nous laissons les rênes de notre existence à l’ego, ce cycle infernal n’a aucune raison de s’arrêter. Seul le pardon pourra le faire. 

Le pardon traditionnel et le pardon véritable

De quel pardon parlons-nous ? Du pardon traditionnel judéo chrétien ou d’un autre pardon qui va bien au delà parce qu’il englobe la totalité de ce que nous sommes ?

Le premier est celui que nous connaissons bien, c’est celui qui nous met dans la position, soit de la victime, soit du coupable, et de ce fait, nous isole, nous sépare. La séparation crée la peur et nous éloigne de la paix, de l’amour, de la guérison.

L’expérience m’a montré que beaucoup de symptômes ou de maladies avaient en commun une souffrance liée à une impression de séparation avec les autres mais aussi avec nous-même, c’est à dire notre lumière intérieure ou notre partie spirituelle.

C’est le pardon de l’Unité dont je veux parler, celui que je nomme le pardon véritable. Il nous demande de prendre l’entière responsabilité de toutes nos expériences de vie ainsi que de nos maladies de façon à sortir du rôle de victime et nous invite à récupérer notre pouvoir et notre liberté. C’est ainsi que nous ne verrons plus les autres comme coupables mais plutôt comme le reflet de ce que nous sommes.

Puis c’est accepter avec gratitude la situation ou la maladie sans porter aucun jugement dans un total lâcher prise car le problème est à l’intérieur de nous et jamais à l’extérieur. C’est par ces étapes que je vis le pardon au quotidien :

La responsabilité, l’acceptation, le non jugement, le lâcher prise, la gratitude et le plus possible dans la joie.

La peur ou l’amour

 Les mots « cancer » ou « sida » sont tellement associés à la mort qu’à l’annonce de son nom quand le diagnostique est donné, il ébranle davantage la personne concernée au lieu de l’aider à guérir. La peur de la maladie est bien souvent pire que la maladie elle-même. La peur représente le pire ennemi de l’être humain. Elle nait de l’inconnu, de l’ignorance et invite alors l’individu à se forger toutes sortes de représentations de son symptôme.

« Tu projettes ton énergie vitale quand tu te sens bien et quand tu aimes, tu la rétractes vers le centre de ton corps quand tu as peur. » Wilhelm REICH

L’énergie d’amour est naturellement en nous depuis toujours, c’est notre héritage naturel. La seconde, la peur, est de notre propre création, une émanation de notre mental, créée par nos mémoires, nos croyances, nos pensées.

C’est le pardon qui permettra ce changement de perception sur les autres, sur soi-même.

Cela passera par une acceptation de nos peurs puis il faudra les traverser, les vivre pour ensuite pouvoir les transmuter en amour.

Un disciple dit à Bouddha, « Maitre, comment gérer mes émotions ?

«Il lui répond, « Non, ne gère pas tes émotions, vis les »

Nos peurs sont à l’origine de nos maladies, alors commençons par les accepter, et les remercier. Acceptation et gratitude seront les premières valeurs à développer en nous si nous voulons basculer de la maladie à la guérison.

« La peur détruit plus de gens que n’importe quel fléau. Vous n’avez pas d’autre ennemi à craindre que vos peurs » Ralph W. EMMERSON

Un exemple d’un cancer du colon guérit grâce au pardon

Une dame très élégante, la cinquantaine, vint consulter un thérapeute car elle était atteinte d’un cancer du côlon. Elle était recommandée par un ami commun, médecin, professeur en faculté de médecine. Il avait auparavant prévenu le thérapeute par téléphone : « C’est une amie mais nous ne pouvons plus rien pour elle, son cancer est très avancé. Voyez ce que vous pouvez faire pour l’aider. »

C’était une femme d’affaires au caractère bien trempé. Le thérapeute l’invita à raconter et de préciser quel événement traumatisant elle avait connu ces derniers mois ou ces dernières semaines. Très vite, elle avoua le drame qu’elle vivait depuis quelques semaines : elle avait découvert que son mari la trompait et pour elle, cela fut tout d’abord un choc, une nouvelle absolument insupportable. En avouant cela, aussitôt la colère l’envahit car il n’y avait pas plus grand crime à ses yeux, que c’était quelque chose d’ignoble, cette honte que lui infligeait son mari et ne rêvait que de vengeance. Elle dit qu’elle allait prendre le meilleur avocat de la région et lui faire payer au prix fort.

Pendant de longues minutes, elle ressassa ses griefs sans se douter un seul instant que la cause de sa maladie tenait dans le sens des mots qu’elle prononçait et qu’elle répétait, à savoir, ignoble, vengeance, trahison, colère et de l’émotion ressentie.

Le thérapeute lui expliqua que tout cela avait créé son cancer du côlon. Il continua en expliquant que la guérison ne pouvait passer que par l’acceptation, le lâcher prise et le pardon.

À ces mots la dame redoubla de fureur car, pour elle, il n’était nullement question d’accepter cette ignominie et encore moins de pardonner. Non, non, elle allait lui faire payer très cher !

Cette consultation allait durer près de trois heures. Pendant tout ce temps, le thérapeute, avec beaucoup de douceur, usa de tout son talent et sa patience afin d’amener sa patiente au pardon. Il la fit revenir vers des moments heureux de sa relation en lui faisant revivre et ressentir l’amour pour son mari. Mais la dame revint sans cesse à la colère dont elle ne semblait pas pouvoir se libérer.

Alors, impuissant devant ce flot de paroles, il vint à l’idée du thérapeute de ne plus répondre que par deux mots, « amour » et « pardon ». En l’interrompant souvent, c’est ce qu’il fit durant de longues minutes, répétant ces mots, vingt, trente fois, il ne savait plus. Cela devint comme un mantra dont la force allait atteindre peu à peu le cœur de la dame. À un certain moment, le débit de sa voix commença peu à peu à ralentir, le ton de la voix à s’adoucir et, après un temps de silence, la respiration devint plus forte, entrecoupée de sanglots et, brusquement, elle fondit en larmes. Ce fut dix bonnes minutes de lâcher prise, d’abandon, d’acceptation. D’une voix cassée, elle laissa échapper d’autres paroles, empreintes de douceur, des mots de regret, de pardon, d’amour. C’était une femme intelligente mais elle montra aussi qu’elle était une femme de cœur. À travers elle, son ego humilié avait exprimé sa colère mais l’amour l’emportait. Tout désir de vengeance fut brusquement abandonné pour ne retenir que l’amour véritable.

L’amour pour son mari devint plus clair, plus évident. Il lui parut d’un coup naturel de laisser la liberté à son mari s’il le souhaitait. Elle prit conscience que l’aimer, c’était avant tout vouloir son bonheur. Ce n’était plus son ego mais son cœur qui parlait.

Elle vit les choses différemment et il lui vint en mémoires avoir délaissé le foyer familial au profit de ses activités professionnelles trop prenantes et reconnut sa totale responsabilité dans la situation. Elle était prête à accepter de son mari qu’il reste au foyer ou qu’il le quitte. Ce sera son choix, elle le respectera.

À cet instant, le thérapeute sut que le pardon avait fait son œuvre en libérant colère, honte, humiliation, et en ouvrant la porte à l’amour et à la guérison.

Cette femme fut très bien suivie sur un plan médical par son ami médecin et, en choisissant la voie du pardon, elle guérit très rapidement, complètement et définitivement de son cancer. Elle avait abandonné son désir de vengeance où l’emmenait son ego pour retrouver l’amour véritable qu’elle portait à son mari et à elle-même dans un esprit de gratitude et de paix. Quelque chose avait basculé en elle. Elle avait accepté que son mari ait pu avoir une aventure, et même qu’il puisse envisager de la quitter. Elle était dans l’acceptation et avait lâché totalement. Les peurs, les blessures de l’ego avaient laissé place à l’ouverture du cœur. Le pardon lui avait permis de changer la perception qu’elle portait sur sa relation et sur son mari. »

Cette dame avait eu besoin d’apprendre cette grande leçon qui est de vivre le pardon et à ouvrir son cœur. Sa maladie était venue lui rappeler.

Le pancréas ou une histoire de famille qui n’a pas pu être pardonné

Depuis le décès de son mari, Angela, d’origine espagnole, vivait seule dans une ancienne ferme rénovée de la Drôme. À soixante-seize ans, elle forçait l’admiration par sa vitalité et sa belle santé. Elle était heureuse dans sa grande maison où l’occupation ne manquait pas. Mère de cinq enfants et issue d’une fratrie de sept, elle avait toujours gardé un esprit de famille très profond. Malgré les années et l’éloignement des uns et des autres, elle était restée très proche de ses trois frères et ses trois sœurs.

Cette année-là, au début de l’été, sa plus jeune sœur Julia, vint à décéder après quelques mois d’une douloureuse maladie. Angela en fut très affectée. Pourtant, les conséquences de ce décès seront beaucoup plus grave pour elle que la douleur de la perte.

Julia habitait dans une petite ville du midi de la France, et, sans être riche, laissait tout de même un petit appartement, un garage, une voiture, du mobilier et des affaires de toute une vie. Angela était persuadée qu’il lui revenait de droit de s’occuper des affaires de sa jeune sœur. Mais, ce n’est pas ainsi que les choses se sont passées. La liquidation des biens de Julia avait été déléguée à une de ses belles-sœurs habitant à proximité. Pour Angela, cette nouvelle fut un coup terrible. Elle ressentit comme un véritable arrachement l’idée que les biens de sa jeune sœur, donc des biens de la famille, puissent être laissés à la discrétion d’une personne ne faisant pas partie de la famille. Pour ainsi dire, une étrangère.

Après une discussion téléphonique, sa belle-sœur lui accorda la possibilité de venir récupérer quelques affaires, meubles et bibelots ayant appartenu à Julia. Mais c’était peu de choses et cela ne pouvait pas effacer sa souffrance. Elle ressentait un mélange de colère, de jalousie, d’injustice à l’encontre de sa belle-sœur. Elle ne pouvait pardonner cette ingérence dans des affaires de famille et d’en avoir été exclue. Elle lui en voulait terriblement.

Deux semaines après ce drame, elle commença à éprouver une grande fatigue. Après examen, on lui diagnostiqua un cancer du pancréas.

Selon le docteur Hamer, la cause du cancer du pancréas serait un très fort sentiment d’injustice et apparaît souvent pour une question d’héritage. C’est exactement ce qu’Angéla a vécu.

Garder ce ressenti sans pouvoir l’évacuer, c’est-à-dire véritablement pardonner, c’est entretenir la maladie et laisser progresser le cancer. Guérir aurait été d’accepter la situation sans jugement, de lâcher complètement toutes les attaches au passé. Angela avait porté un jugement sur sa belle-sœur en fonction de son propre vécu et de ses croyances. Elle n’avait pas vu que sa belle-sœur, au contraire de ce qu’elle avait cru, avait fait preuve d’une grande générosité à son égard et qu’elle ne pouvait se rendre compte de l’étendue de son désarroi. Sa perception était faussée par le filtre de ses croyances. Angela ignorait que, accepter la situation sans jugement et sans condition pouvait la conduire tout naturellement à la guérison. Elle n’a pas pu ou n’a pas voulu lâcher ses ressentis d’injustice, d’ignominie et de colère par la paix et entamer le processus de pardon. C’était trop douloureux pour elle. Et personne ne se trouvait près d’elle pour l’aider à prendre conscience de tout cela.

Son cancer s’est aggravé très rapidement. Quatre mois après le décès de Julia, elle est partie à son tour la rejoindre de l’autre côté du voile.

Le pardon au niveau de l’âme

…De forts ressentis comme l’humiliation, la honte, l’injustice, la colère et surtout la rancœur pouvaient être la cause d’une maladie que nous nommons une hépatite ou un ulcère à l’estomac. Le « mal a dit » de transformer, je dirais même mieux, de transmuter ces émotions, humiliation, honte, injustice, colère et rancœur, en amour. C’est véritablement un processus alchimique de transmutation qui est le pardon.

C’est bien cela la vraie guérison. On croit généralement que la guérison concerne uniquement le corps physique avec ses symptômes, ses plaies, ses douleurs. Malheureusement, on confond souvent cause et effet. Nos véritables blessures ne se détectent pas au scanner ou au microscope car elles proviennent de sentiments ou émotions non encore pardonnés. Elles ne sont pas visibles mais pourtant bien présentes en nous. Nos mémoires du passé, nos croyances, nos pensées sont à l’origine de ces émotions.

Le corps n’est que le reflet de nos conflits intérieurs et c’est de cela dont nous devons d’abord guérir. Notre corps physique est comme un écran sur lequel vont se projeter et se matérialiser sous la forme d’une maladie nos blessures intérieures non guéries, d’un passé récent ou très ancien.

Le pardon nous libère de tout cela et met fin à notre conflit intérieur. On croit à tord que la guérison s’applique au corps physique alors que la vraie guérison se trouve à un autre niveau, celui de l’âme.

C’est à ce niveau que le pardon véritable prend tout son sens.

« La maladie est une décision. Ce n’est pas une chose qui t’arrive, sans l’avoir cherchée, qui te rend faible et t’apporte la souffrance. C’est un choix que tu fais, un plan que tu formes, quand pour un instant la vérité surgit dans ton propre esprit illusionné et que tout ton monde paraît tituber et s’apprêter à s’effondrer. Maintenant tu es malade, pour que la vérité s’en aille et ne menace plus tes établissements. »

Un Cours en miracles » leçon 136-7

A travers la maladie, notre âme nous dit : « change maintenant ce qu’il y a à changer dans ta vie, corrige ce qu’il y a à corriger, rectifie ce qu’il y a à rectifier, nettoie tes peurs, pardonne, aime ».

La maladie est un autre nom pour parler de la peur

La guérison est un autre nom pour parler du pardon et de l’amour

Pardonner est un choix.

Chez les Sumériens la maladie s’appelait : enténèbrement c’est-à-dire une absence de lumière divine.

Pour la médecine Sumérienne la santé équivalait à trois dons :
Savoir remercier (pour tout ce qui vous arrive)
Savoir pardonner (à soi-même et à autrui)
Savoir être joyeux

Leur philosophie était que nous ne sommes peut-être pas sur terre pour ne pas tomber malade, mais pour apprendre à transformer, chacun à sa manière unique, l’obscurité en lumière.

Jean Graciet

 

 

2 commentaires

  1. SELLIER dit :

    Jean, c’est un vrai plaisir de vous lire. Cela permet de mettre les choses à plat et d’avancer dans la Joie. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *