De Omraam Mikhaël Aïvanhov, en ce jour de Pâques…

 

« La graine qui a été plantée en terre est exactement comparable à une créature qu’on a mise au tombeau. Quand l’Ange de la chaleur vient, il la réveille, la caresse et lui dit : « Allons, lève-toi maintenant, sors du tombeau ! » Et voilà que cette vie qui était ensevelie commence à s’animer : une petite tige divise la graine en deux et sort de terre, donnant naissance à une pousse qui deviendra un jour un arbre formidable. C’est cela la résurrection.
Mais pour ressusciter, il faut ouvrir le tombeau, et seule la chaleur ouvre les tombeaux. La chaleur, cela veut dire l’amour. Celui qui a beaucoup d’amour dans son cœur, un amour désintéressé, spirituel, ouvre le tombeau de ses cellules. Il y a en l’homme tellement de cellules qui sont en train de fermenter, de se désagréger ! Oui, ce sont des milliers de petits tombeaux qu’il faut ouvrir. Tant que ses cellules ne sont pas animées, vivifiées, elles restent inactives et l’homme ne peut pas connaître toutes les richesses intérieures qu’il possède. Mais après cette résurrection, après le réveil de ses cellules, sa conscience s’élargit et il n’est plus le même : à travers tout ce qu’il sent, tout ce qu’il vit, il se meut dans une autre dimension, la dimension de l’esprit. »
De Omraam Mikhaël Aïvanhov

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La lettre d'information de Éveil et Santé