Le saut quantique vers une nouvelle humanité

 

 

Le saut quantique vers une nouvelle humanité

Vous connaissez certainement l’histoire de la grenouille mais je ne résiste pas au plaisir de la raconter à nouveau.

Si vous mettez une grenouille dans une grande bassine d’eau bouillante que croyez-vous qu‘elle va faire ? Se prélasser tranquillement en attendant la mort ? Non, elle n’est pas folle la grenouille. D’un coup de patte vif, elle bondit hors de l’eau en vous traitant d’assassin.

Maintenant, mettez cette grenouille (pas la même car elle se méfierait) dans une bassine d’eau froide. Cette fois elle va s’y plaire et y rester. Placez un réchaud sous la bassine et allumez à feu doux. L’eau va chauffer très progressivement. Quand l’eau est à peine tiède cela n’incommode pas du tout la grenouille. Elle s’y trouve très bien. L’eau est un peu plus chaude, la grenouille est un peu plus indolente mais elle s’y trouve toujours très bien. L’eau est maintenant vraiment chaude, la grenouille est engourdie et n’a plus vraiment la force ou n’a plus l’envie de sortir. Elle le pourrait mais quel effort il lui faudrait faire… !

Pour finir l’eau se met à bouillir et la grenouille ne s’est même pas vue mourir.

Je vous implore de ne pas faire cette expérience avec une grenouille pour vérifier si ce que je viens de vous raconter est vrai. J’aime trop les animaux et en particulier les grenouilles.

C’est parfaitement inutile, regardez simplement autour de vous. Nous ne sommes pas, comme la grenouille dans une bassine mais nous vivons dans un monde où, depuis des décennies nous nous sommes laissées endormir car baignés dans un confort béat, nous gavant de loisirs et de divertissements multiples aussi futiles qu’inutiles, oubliant l’essentiel, c’est à dire le sens véritable de notre passage sur cette terre.

Depuis la dernière guerre, nous nous sommes de plus en plus endormis, abandonnant peu à peu notre propre pouvoir à des « élus », c’est à dire des gens dont, en réalité, nous ne savions rien mais à qui nous avons donné, en toute confiance les clés de la « maison ». Ces mêmes élus, conseillés par une armée de technocrates sortis des plus grandes écoles, ont mis en place au fil des années, le plus souvent à notre insu, toute une série de mesures de plus en plus contraignantes et liberticides. Trop occupés à adorer les Dieux du football ou du showbiz, à organiser les prochaines vacances, le prochain voyage à l’autre bout du monde et de plus, infantilisés par les jeux télé et hypnotisés par le journal télévisé, nous ne nous sommes rendus compte de rien.

Nous ne nous sommes pas aperçus que nous étions manipulés mais nous avons cru que les mesures prises étaient pour notre bien, et nous n’avons pas vu que toutes ces dispositions d’allègement de temps de travail (la semaine de 35 heures par exemple), l’augmentation des périodes de loisirs, les fin de semaine de trois jours, sans compter la multiplication des aides, RMI, RSA, chômage, etc, (le revenu universel pour bientôt sera le pire des pièges), avaient été mises en place pour nous endormir et nous éloigner le plus possible de la chose publique. Ces aides sont utiles dans beaucoup de cas certes mais peuvent avoir tendance à transformer les bénéficiaires en moutons dociles.

Ces trois dernières années les choses se sont accélérées et depuis quelques mois les évènements se précipitent. Le coronavirus a donné prétexte à l’application des dernières mesures les plus liberticides qui soient. L’état d’urgence donne maintenant à nos élus tout pouvoir sur nous. Tout cela, le confinement, l’installation de la 5G, les vaccins, était attendu et préparé par nos « élites » depuis fort longtemps. Mais restons lucides et ne jugeons pas ceux que nous avons élus car la responsabilité de cette incroyable situation nous incombe en totalité. Notre insouciance, notre manque de discernement et de conscience, en sont la cause.

Maintenant, est-il encore possible pour la grenouille de sortir de la bassine ? L’eau est très chaude mais il est encore temps. Elle est bien engourdie mais elle peut encore faire ce saut quantique qui lui donnera la liberté.

De même, qu’attendons-nous pour sortir de cette « matrice » devenue brulante car pour nous aussi il est encore temps et nous pouvons le faire mais, attention, il reste très peu de temps.

Qu’est-ce qui nous en empêche ? C’est la peur bien sûr qui nous paralyse.

La peur du virus, de la 5G, des vaccins, du chômage, du changement, peur pour les enfants, pour les ainés, peur de tout.

Mais la peur du virus est révélatrice car elle sous-tend la peur de la maladie et la peur de la mort. La peur du virus installe en nous cette croyance, puisqu’on nous le répète sans cesse, que ce virus est dangereux et donc, pour nous préserver de ce virus, il nous faudrait porter un masque, nous laver les mains cinquante fois par jour, mettre des gants et surtout nous isoler le plus possible les uns des autres. Notre manque de discernement est tel qu’il nous rend idiots au point de ne pas nous rendre compte, ou d’avoir oublié que, l’ensemble de ces mesures, plus le confinement, contribue de façon considérable à affaiblir notre système immunitaire. Tous ceux qui suivront ces mesures à la lettre deviendront les candidats les plus fragiles et les premiers frappés devant n’importe quel virus menaçant.
Peut-être pouvons-nous même essayer de comprendre pourquoi on nous oblige à suivre ces mesures. C’est curieux, c’est comme si on voulait nous garder malades pour prolonger le confinement…

Le principal ennemi du système immunitaire est la peur elle-même.

Sortir de la matrice, c’est tout simplement transformer toutes ces peurs en confiance.

Tout d’abord confiance en notre corps qui n’a nullement besoin de toutes ces précautions aussi inutiles qu’inefficaces et dangereuses. Il y a bien davantage de virus, bactéries ou champignons que de cellules dans notre corps qui sait d’ailleurs parfaitement se défendre sans aide extérieure à condition que son système immunitaire soit au top.

Mais aussi confiance à cette partie de nous qui est l’essence même de qui nous sommes en réalité. Certains l’appelleront l’âme, la conscience, le moi supérieur, l’être de lumière, peu importe. Sommes-nous ce corps dominé par l’ego, bourré de peurs, ou l’être de lumière qui est notre vraie nature et qui ne connaît pas la peur ? La réponse à cette question nous donnera la clé au vrai sens de notre présence ici sur cette terre.

Sortir de la matrice c’est donner un sens véritable à notre vie en retrouvant qui nous sommes réellement.

C’est transformer nos peurs en confiance en soi afin de retrouver notre propre pouvoir et notre liberté.

Sortir de la matrice c’est abandonner l’ancien monde qui est sur le point de s’écrouler car il a été construit sur des mensonges, la corruption, le pouvoir et l’argent.

Resteriez-vous dans une maison dont les fondations sont pourries ? Non, bien sûr.

Alors que faisons-nous dans ce monde qui se maintient encore grâce aux mensonges et aux compromissions.

Sortir de la matrice c’est s’engager à construire une nouvelle maison, un nouveau monde, une nouvelle humanité faite de fraternité, de respect de la nature, de nous-même et des autres, de justice, de solidarité et de vérité.

Les peurs nous ôtent tout discernement et c’est ce manque de discernement qui brouille notre vue et nous empêche de distinguer le vrai du faux.

Sortir de la matrice c’est nous nettoyer de toutes nos vieilles et fausses croyances nées de l’ancien monde et les transformer en de nouvelles croyances révélant nos vraies valeurs.

Sortir de la matrice c’est cesser de courber l’échine devant nos peurs mais nous redresser et croire enfin à notre toute puissance.

Nous devons commencer par être nous-même et incarner ce nouveau monde que nous voulons pour tous parce que nous créons ce que nous sommes.

Sommes-nous prêts maintenant à faire ce saut quantique ?

« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde »

(Gandhi)

Jean Graciet

 

3 commentaires

  1. Marie dit :

    Merci … ce matin, j’avais les larmes aux yeux, terrorisée par ces mesures contradictoires d’une gouvernance totalitaire, qui font que je me suis laissée « attrapée » par surprise, par la peur.. Bien qu’ayant toujours eu en moi ce germe de confiance,il faut tous les jours veiller à ses pensées, pour faire que ce germe grandisse et s’élève vers le ciel,bien enracinées dans la terre
    Aujourd’hui je prends saute de la marmite ✌️

    • Jean Graciet dit :

      Bravo marie. On peut arriver à douter parfois ce n’est pas interdit. Cultiver cette confiance instant après instant est la clé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La lettre d'information de Éveil et Santé